Langues

« La période des questions remise en question »

e 16 septembre 2010, l'Association canadienne des ex-parlementaires s'est associé au Forum des politiques publiques pour donner un symposium sur les moyens d'améliorer le ton et la teneur des débats dans le Parlement canadien.  Nombre de politiciens, d’experts, de fonctionnaires et de membres du public se plaignent de la nature quelque peu sfonctionnelle du Parlement, les commentaires les plus cinglants étant adressés tout particulièrement au système des comités et à la période des questions. Le colloque se penchera sur ces deux questions, par l’entremise de tables rondes; est également prévu à l’horaire un déjeuner au cours duquel Ed Broadbent prononça le discours-programme sur les mesures à adopter pour rendre le Parlement — tout particulièrement le Parlement minoritaire — plus fonctionnel et, par conséquent, davantage pertinent aux yeux des Canadiennes et des Canadiens.  Figurant parmi les conférenciers furent l'hon. Michael Chong, député; l'hon. Jay Hill, député; Francine Lalonde, députée; l'hon. John Godfrey, l'hon. Anne McLellan, l'hon. Monte Solberg et C.E.S Franks, professeur émérite à l'Université Queen's.

En préparation, le Forum des politiques publiques et Pollara ont effectué une enquête pour évaluer les attitudes des Canadiens vis-à-vis le Parlement et la période des questions.  Suite au symposium, une liste des dix meilleurs idées pour améliorer la période des questions et le travail des comités parlementaires a été compilée.  

1. Donner au président, en sa qualité de président de séance, le pouvoir de décider qui posera les questions durant la période des questions.

2. Le président doit avoir le pouvoir de maintenir l’ordre et le décorum (et l’utiliser!).

3. Allouer plus de temps aux questions et aux réponses élaborées. Un bon point de départ consisterait à fixer une limite d’une minute.

4. Consacrer une journée par semaine aux questions à adresser au premier ministre et désigner des ministres à des journées précises.

5. Les médias peuvent jouer un rôle en réexaminant la façon dont ils couvrent la période des questions à la Chambre des communes, et peuvent explorer des moyens d’amener des changements positifs dans la teneur et le ton de la période des questions et d’autres débats parlementaires.

6. Axer la période des questions sur la reddition de comptes. Par exemple, tout député devrait pouvoir poser des questions au gouvernement, et le ministre devrait répondre uniquement à la question (ou à une demande connexe).

7. Les députés devraient être encouragés à poser des questions en fonction des préoccupations de leurs électeurs, et non pas uniquement des questions préparées à l’avance selon la ligne de parti.

8. Nommer les présidents et les membres des comités pour la durée de la législature (les comités sont plus efficaces lorsque leur composition est stable).

9. Réduire ou éliminer le rôle des secrétaires parlementaires en comité, car ils politisent le processus des comités.

10. Faire participer davantage les comités à l’examen du Budget des dépenses du gouvernement, de manière à ce que soit fait un examen plus sérieux des programmes.

La Bibliothèque du Parlement a préparé un sommaire de ce symposium et de la conférence parallèle organisée par le Groupe canadien d'étude des parlements.  

Copyright © 2017 Canadian Association of Former Parliamentarians.